ITV CARENEWS - Octobre 2017

Capture d’écran 2017-10-23 à 11.32.56.png

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Cyrielle Hariel, j’ai tout juste 30 ans, et j’ai connu un changement de vie en 2014. Je suis journaliste, green et positive : green parce que pour moi, la pensée écologique est une pensée humaniste et positive pour rencontrer des gens et des projets inspirants. Je suis aussi blogueuse, journaliste télé depuis 2016 (Ushuaia le mag ) et radio (Europe 1 ) depuis cette année.

Pourquoi êtes-vous devenue journaliste ? 

Depuis que je suis petite, je rêve d'interviewer Michael Jackson que je considère avant tout comme un humaniste et écologiste. 20 ans avant l’Accorde de Paris en décembre 2015, il dénonçait déjà les enjeux environnementaux dans Earth Song… Et puis, concernant l’humaniste, il n’y a qu’à écouter Heal the world,  We are the world ou encore Man in the Mirror… Une part de mon engagement est née grâce à lui. Un jour quelqu'un m'a dit : je te vois comme une fée clochette qui met en lumière un côté Peter Pan chez chacun, j’essaye de l’appliquer dans chacune de mes interviews.

Pourquoi traiter de sujets engagés ?

Parce que ça fait sens. Une mission humanitaire a permis de me déceler une maladie cardiaque, soit une malformation au cœur congénitale lors de la visite médicale juste avant mon départ pour le Bangladesh. En rentrant de mission, je vais voir un cardiologue pour la première fois de ma vie, puis 3 semaines et demie après, j’étais opérée. J’ai une prothèse en métal en guise de valve aujourd’hui entre les deux oreillettes. Ce voyage humanitaire m’a sauvée. Et depuis ce 8 juillet 2014, le jour de mon intervention,  je me suis sentie missionnée. Inspirée par Michael et sauvée par un voyage, j’y ai vu un signe de l'univers : engage-toi Cyrielle !

Comment éduquer le public à ces sujets « nouveaux » ?

Je prône l’interdépendance. On est interdépendants : sans la nature, il n'y a pas de vie humaine. On est aussi interdépendants avec l'environnement. On doit donc protéger les autres pour se protéger. Je cite souvent Martin Luther-King : « apprenons à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons tous mourir ensemble comme des idiots. »

Vos rapports avec votre rédaction ? Votre équipe ? 

Chez Europe 1, c’est la décision du Vice-Président Frédéric Schlesinger d'avoir mis à l'antenne, à une heure de grande écoute, 45 minutes dédiées à l’économie sociale et solidaire. Ce qui est génial, c'est que c'est naturel et audacieux de sa part et de ses équipes ! C’est motivant !

Une rencontre marquante ?

Beaucoup ! John Isaac a été le photographe officiel de la dernière tournée de Michael Jackson et a travaillé pendant 40 ans pour les Nations unies pour faire de la photo humanitaire. Des anecdotes poignantes il en a plein dans son objectif et dans le cœur… Comme celle où il a enterré une petite fille en Éthiopie durant la famine en 84 … Comment vous dire que cette rencontre m’a bouleversé… et retenir mes larmes, je l’avoue, je n’ai pu le faire…

Le sujet que vous avez préféré traiter ? 

J’adore traiter tout ce qui est en lien avec le Bangladesh, comme les bateaux convertis en hôpital de Runa Khan ou encore du père de l’entreprenariat social, Muhammad Yunus. 

Sinon la promotion des low techs de Corentin de Chapelperron , le père Pedro de Madagascar, Tony Meloto de Gawad Kalinga ou encore  le docteur Denis Mukwege : tous les parcours et actions de ces humanistes me passionnent ! 

Votre journalisme idéal ?

Le journaliste idéal, c'est ce que je fais. Je suis missionnée à rencontrer des gens inspirants, c'est le job de mes rêves. C’est quand même incroyable : ces gens ne tuent personne et pourtant ils ne font pas la une des JT !

L’avenir des médias selon vous ?

Les médias sont en train de muter. Les gens ont besoin de sens et de solutions. L'avenir des médias est là, et Europe 1 en est un exemple. Le public veut des sujets avec du sens et devenir acteur avec des solutions.

Le mot de la fin ?

Il faut écouter son cœur pour changer de vie et de monde. C’est vrai, écouter son cœur peut changer une vie.

 

Flavie Deprez pour Carenews PRO