#Guest96 #HeartInterview - Guillaume FOURDINIER & Gonzague GRU, Fondateurs AGRICOOL

En Europe, les fruits et légumes parcourent en moyenne 1500 km pour venir du champ à l’assiette. C’est beaucoup trop. Ils sont cueillis avant maturité et conçus pour être transportés, non plus pour être appréciés.
— Guillaume Fourdinier & Gonzague Gru

1 - Agricool : Un nom et un concept en phase avec notre temps, c'est à dire Production Bio et Disruption, c'est votre vision? 

Notre volonté est de construire un système alimentaire durable qui permette de produire localement et sans pesticide des fruits et légumes excellents et accessibles à tous. 

Aujourd’hui, le constat est alarmant. En Europe, les fruits et légumes parcourent en moyenne 1500 km pour venir du champ à l’assiette. C’est beaucoup trop. Ils sont cueillis avant maturité et conçus pour être transportés, non plus pour être appréciés. Résultat, au-delà de l’impact environnemental considérable que ce mode de production engendre, les fruits et légumes que nous consommons n’ont plus de goût. Et si manger est un besoin vital, nous sommes convaincus que cela doit être avant tout un plaisir. 

Notre ambition est de retrouver le bon goût de nos produits alimentaires. Et nous sommes convaincus que pour y parvenir la clé est de revenir à une production plus locale. Il faut produire directement là où nous consommons. 

2 - Comment a germé cette idée? 

Tous deux fils d’agriculteurs dans le nord de la France, nous avons eu l’habitude de manger d’excellents fruits et légumes pendant toute notre enfance. À notre arrivée sur Paris, nous avons eu un choc. Les fruits et légumes que nous trouvions n’avaient aucune saveur, et ne ressemblaient en rien à ce que nous avions eu la chance de manger pendant toute notre enfance. Nous avons donc voulu trouver une solution efficace pour répondre à cette problématique de taille.

Pour commencer, nous avons essayé de produire quelques fraises dans notre salon. Le résultat ? Bien qu’il faille reconnaître qu’elles prenaient pas mal d’espace et que rien n’était encore vraiment optimisé, elles étaient excellentes ! C’est là que nous avons eu le déclic et que l’aventure Agricool a réellement commencé. Il fallait construire un système alimentaire durable permettant de produire directement en ville. 

Ensuite tout à été très vite. De notre premier container dans la cour de la ferme de parents de Gonzague, aux premiers tests dans les sous sols de The Family en passant par nos bureaux dans le 20ème arrondissement, nous avons développé en à peine plus d’un an un véritable paradis pour fruits et légumes!

3 - Agricool : 0 pesticide, 0 pollution, 0 OGM : expliquez-nous vos ingrédients pour une culture 100% naturelle? 

Notre solution consiste à transformer des containers afin de recréer à l’intérieur un paradis pour fruits et légumes (meilleure lumière, meilleure qualité d'air, meilleure irrigation, etc). Nous pouvons ainsi cultiver localement de manière 120 fois plus productive qu'en pleine terre et sans pesticide. C'est donc meilleur pour notre santé et meilleur pour l'environnement. 

Par ailleurs, grâce à un système en circuit fermé, nous utilisons 90% moins d’eau et de nutriments et uniquement de l’énergie provenant de sources renouvelables. Le résultat de tout ce travail ? Des fraises exceptionnelles, sans pesticide, cueillies le matin même, et accessibles à tous. 

4 - Comment comptez-vous fédérer votre nouvelle pratique de l'agriculture urbaine? 

L’agriculture urbaine est un sujet qui nous tient à cœur et qui bénéficie d’une notoriété croissante. Aujourd’hui, plus de 800 millions de personnes à travers le monde sont engagées dans ce domaine. Et puisque nous aimons parler local, commençons par regarder ce phénomène à côté de chez nous. A Paris, l’agriculture urbaine prend une ampleur de plus en plus importante. Elle représente déjà plus de 73 hectares en Ile-de-France, et la Mairie de Paris a annoncé vouloir accroître cette surface de 33 hectares d’ici 2020. Résultat, les initiatives se multiplient et l’agriculture urbaine devient un véritable terrain d’innovation. 

Il y a donc un fort engagement de la part des décideurs et de réelles attentes émanant des consommateurs. De notre côté, nous avons la chance d’avoir depuis le lancement de notre projet, une large communauté de personnes passionnées par le sujet. Nous pouvons ainsi nous appuyer sur chacun d’eux pour parler de ce que nous faisons et faire émerger une nouvelle vision de l’agriculture. 


5 - On vous croise dans quelle région d'ici cet été? 

Pour le moment, nous prévoyons de rester sur Paris et sa région. Mais rien n’exclut quelques opérations de communication cet été dans le reste de la France. Stay tuned ;-) 


6 - Vos objectifs sur 2017? 

Après plus d’un an de recherche et développement, nous avons pu valider nos différents prototypes et sommes prêts à faire déguster nos fraises aux parisiens. Nous prévoyons de déployer 75 Cooltainers sur Paris et en Île de France cette année. Et à partir de 2018, nous pourrons aller dans le reste de la France et à l’international.