#Guest82 Franck VOGEL, photographe et réalisateur engagé

Israël compte par exemple la plus grande proportion de vegan au monde et les jeunes veulent la paix. L’avenir semble bien sombre mais je pense qu’il faut avoir confiance en la jeunesse et leur donner beaucoup plus de pouvoir qu’ils n’ont actuellement…et surtout interdire les « politiciens de carrière » !
— Franck VOGEL

1: Franck, artiste et photographe engagé, votre renommée a commencé à résonner dans votre domaine avec votre documentaire sur les Bishnoïs. Racontez-nous comment ce peuple, lanceurs d'alertes, arrivent à perdurer malgré une mondialisation croissante? 

Ce peuple indien qui vit au Rajasthan en harmonie avec la nature et la vie sauvage depuis le 15e siècle a intégré tous les enjeux du développement durable bien avant tout le monde. Les Bishnoïs ne vivent pas totalement hors du monde et la plupart des jeunes vont à l’école et travail dans des domaines variés (Internet, construction, droit, business, police, armée, etc.) mais en conservant leur philosophie consistant à être végétariens, à protéger la vie sauvage, les arbres et en partageant leur ressource : ils donnent en effet 10% de leurs revenus ou récoltes pour la vie sauvage : la première écotaxe ! Souvent après 50 ans ils reviennent dans leurs villages dans le désert du Thar et quittent leurs tenues de travail pour revêtir leur habit traditionnel blanc. Comme c’est une philosophie mais surtout une religion, ça perdure plus facilement. S’ils ne respectent pas les 29 règles, ils auront un mauvais karma…et leur prochaine incarnation ne sera pas heureuse.

2 - Leur rapport à la nature, à la planète, au respect animal, des sensibilités qu'une nouvelle génération est en train de prendre conscience selon vous avec l'émergence croissant du véganisme par exemple ou d'initiatives écologiques aux quatre coins du monde?

Il y a une prise de conscience globale surtout chez les jeunes d’un besoin de changement en respectant la planète. Le véganisme ou tous les initiatives autour de la permaculture, des énergies renouvelables en font partie. Lors de mon reportage dernièrement sur le kibboutz en Israël m’en a encore fait prendre conscience. Israël compte par exemple la plus grande proportion de vegan au monde et les jeunes veulent la paix. L’avenir semble bien sombre mais je pense qu’il faut avoir confiance en la jeunesse et leur donner beaucoup plus de pouvoir qu’ils n’ont actuellement…et surtout interdire les « politiciens de carrière » !

3 - L'élevage intensif, véritable fléau pour l'environnement, vous en avez été témoin lors de votre voyage dans le Colorado. Quels sont les conséquences et impacts de ces méthodes sur les bêtes et l'environnement? (Luzerne, empreinte carbone, assèchement des deux lacs...)

Le Colorado est le seul grand fleuve à ne plus se jeter dans la mer…à cause de l’agriculture qui consomme 85% de son eau. L’image de Las Vegas, symbole du gaspillage de l’eau dans un désert, est certes réelle mais c’est surtout un bouc émissaire pour ne pas parler de l’agriculture. L’Imperial Valley dans le sud de la Californie et ses 300 familles de fermiers prélève 70% de l’eau du Colorado pour produire principalement de la luzerne, qui sert à nourrir les animaux d’élevage. Il faut 3550 litres d’eau pour produire un steak de 200g ! Ici il fait 45 degrés et j’ai découvert un élevage de 90 000 vaches !  Ils sont obligés de les arroser avec des sprinklers et d’installer des auvents. La luzerne est la plante la plus vorace en eau et les fermiers exportent 70% de leur production en Asie, principalement en Chine et au Japon pour nourrir les fameux bœufs de Kobe. Et pendant ce temps la Californie a les réserves des nappes phréatiques au plus bas et le Mexique ne voit plus couler le Colorado depuis 10 ans puisque plus rien de passe la frontière. L’eau est détournée pour l’Imperial Valley. On n’est plus à une aberration près…

4 - À travers vos travaux engagés, qu'est ce que vous espérez avoir comme résonance auprès de cette nouvelle génération connectée? 

J’espère que les jeunes prendront conscience de toutes ces aberrations autour du partage de l’eau et qu’ils seront moins égoïstes que leurs parents…

5 - Votre actualité? Prochains travaux?

Le livre photographique « Fleuves Frontières, la guerre de l’eau aura-t-elle lieu ? » (éditions de la Martinière) est sorti le 8 septembre dans toutes les librairies et il regroupe les 4 premiers fleuves de la série (Nil, Brahmapoutre, Colorado et Jourdain). Le 2e tome sortira fin 2018 ou 2019 avec le Mékong (prochainement aussi publié dans GEO), le Zambèse, le Gange et l’Amazone. Vous pouvez aussi découvrir jusqu’au 30 décembre l’exposition du le Colorado au Pavillon de l’Eau (77, avenue de Versailles – 75016 Paris) et des visites guidées et des séances de dédicaces sont organisées durant les journées du patrimoine les samedi 17 et dimanche 18 septembre.