#Guest55 - Sandrine SOMMER - Directrice du Développement Durable chez GUERLAIN

Nous avons ainsi réussi à “casser” quelques codes comme le fait de supprimer les boites pliantes autour des pots, avoir des packaging ajustés à la contenance, une liste d’ingrédient très courte, un ingrédient clé unique, le thé Pu’Er pour toute la gamme, une certification Bio de ce thé, un partenariat durable de 10 ans avec les fournisseurs de thé ... Il y a un profond respect des personnes et de la nature tout au long de la création de cette marque, c’est enthousiasmant !
— Sandrine SOMMER

1 - Vos enjeux clés : Éco-responsabilité, Transport, Achat responsable, Éco-conception, Biodiversité et Responsabilité Sociale, en tant que Directrice du Développement Durable chez Guerlain, quel est celui qui vous tient le plus à cœur ? Pourquoi ?

C'est un choix cornélien... Mais si je devais en choisir un ce serait l'éco conception peut-être parce que j'ai déjà passé 10 annéesen tant que responsable packaging dans un autre domaine. C'est un enjeu sur lequel je me sentais assez légitime et que je pensais réaliser le plus vite ... en réalité c'est l'enjeu le plus compliqué et qui a nécessité une remise en question profonde sur notre façon d'appréhender la créativité et des habitudes de travail de nos équipes. Et c'est aussi celui qui est le plus visible car cela change l'aspect de nos produits ...

Nous avons maintenant fixé le cap : avoir 100% des produits éco-conçus d'ici 2020! C'est très ambitieux et ce challenge est presque devenu un défi personnel !

2 - Vous êtes à l’initiative d’un atelier beauté aux côtés des Restos du Cœur depuis 3 années lors de la fête des mères avec des collaborateurs volontaires pour une « pause bien-être » pour des femmes bénéficiaires. Vous venez de prendre la vice-présidence de l’association Belle et Bien qui dispense d’ateliers de beauté gratuits pour les femmes atteintes de cancer dans les hôpitaux. La solidarité et la beauté, une fusion que vous rendez possible : une sensibilité particulière qui vous anime?

Simplement l'envie de partager ma conviction qui est que la beauté est "utile" et que la beauté a du sens ... Et quand je vois combien cette solidarité au nom de la beauté résonne auprès des équipes Guerlain je me dis que c'est gagné ! Les actions auprès de Belle & Bien ou des Restos du Coeur sont une vraie fierté personnelle, je sais que ces partenariats sont durables, cela fait 12 ans que Guerlain soutient Belle & Bien, c'est une belle aventure humaine !  

3 - Depuis 2013 Guerlain donne des uniformes de conseillères beauté pour soutenir la jeune start’up La Cravate Solidaire (labellisée La France S’engage). Une anecdote à nous raconter sur cette collaboration avec ces entrepreneurs sociaux qui aident des personnes en recherche d’emploi à avoir une tenue vestimentaire appropriée ?

J'ai rencontré les fondateurs il y a 3 ans, Nicolas Gradziel et Yann Lotodé , ils étaient encore étudiants à l'époque. Ils m'ont parlé de leur projet, ils avaient une énergie incroyable et une belle joie de vivre, j'ai tout de suite eu envie de les suivre en leur fournissant les uniformes de nos conseillères beauté.

Une anecdote ? Sans aucun doute en novembre dernier quand j'avais demandé à Yann de venir témoigner dans notre boutique sur les Champs Elysées lors des Inspirations Durables. Il est arrivé en vélo sous la pluie, il s'est retrouvé en chemise tout mouillé au milieu des autres invités tirés à 4 épingles. Il était impressionné, mais son témoignage, très sincère et engagé a touché tout le monde !

4 - Expliquez-nous le fonctionnement du Fonds de soutien Guerlain et à quels projets ou initiatives est-il destiné ?

Le Fonds de soutien est financé essentiellement grâce au upcycling. Je travaille avec Bilum qui transforme les affiches abribus en carnets, ces carnets sont vendus et les bénéfices alimentent le Fonds de soutien. Ce Fonds me sert ensuite à financer des projets ou des associations qui nous sont chers.

5 - Quels sont les meilleurs ingrédients pour lancer une marque qui épouse les valeurs du développement durable dans l’univers du luxe selon vous ? 

1 - Un patron sensibilisé et motivé

Il faut tout d'abord que le président soit convaincu et qui décide d'intégrer le sujet comme une vrai stratégie pour la maison : nous avons cette chance chez Guerlain avec Laurent Boillot qui a décidé de mettre en place la stratégie Développement Durable chez Guerlain quand il a pris ses fonctions de Président en 2007!

2 - Un comité de pilotage engagé

Il faut ensuite une équipe de personnes motivées qui portent le sujet pour en faire un projet d'entreprise : c'est le comité de pilotage que j'ai créé sans qui rien n'aurait été possible.

3 - Une communication interne efficace et pertinent

Et enfin il faut communiquer et valoriser en interne toutes les jolies initiatives pour faire progressivement adhérer l'ensemble des collaborateurs à la démarche.

La différence avec d'autres univers c'est que dans le luxe on ne peut pas se satisfaire de résumer le développement durable en faisant moins. Il faut faire différemment et trouver d'autre moyens de faire rêver nos clients en intégrant le développement durable comme source d'innovation positive !

6 – Expliquez-nous comment Guerlain travaille à réduire son empreinte carbone dans son circuit de production ?

Chez Guerlain nous mesurons depuis 2007 tous les ans notre bilan carbone et nous nous sommes engagés à réduire de 50% nos émissions d'ici 2020. Nous savons notamment que nous devons travailler sur l'enjeu « Transport »pour diminuer notre empreinte carbone. Nous travaillons à promouvoir le maritime sur le grand export et avons également développé une jolie initiative en France, à Paris. Nous utilisons un prototype de camion électrique qui nous assure une livraison quotidienne depuis Chartres vers nos 15 Boutiques Parisiennes. On le surnomme d'ailleurs "Le bourdon" car il fallait lui trouver un univers masculin, et rapport à notre sujet de prédilection, les abeilles ...

Une action réalisée grâce à un partenariat avec Speed Distribution Logistique, notre prestataire logistique, et Renault Trucks, le fabricant de camions !

Vous avez travaillé avec Pur Projet sur un audit environnement sur votre réserve orchidées en Chine, expliquez-nous ?

La biodiversité a toujours été une source d'inspiration et nous avons la chance de travailler sur des matières d'exception, comme par exemple les orchidées !  
Guerlain a dédié aux orchidées un centre de recherche composé notamment d'une réserve exploratoire en Chine, au Yunnan. C'est pourquoi nous avons signé en 2009 un mécénat Développement Durable avec Mingo Li Margraf, la Responsable de la Réserve pour une durée de 10 ans. Ce partenariat a été noué autour de 3 actions phares qui sont la reconstitution et la préservation de la forêt d'antan, l'introduction et la culture d'orchidées, et la protection de la faune et de la flore de la région.

En 2013, nous avons demandé à Tristan Lecomte de nous réaliser un audit environnemental de cette réserve et profiter ainsi de son expertise et avoir des recommandations pour aller plus loin sur le type d'orchidées à réintroduire, sur le nombre d'arbres et la distance à respecter, sur les autres plantes à intégrer pour en faire un modèle agroforestier "personnalisé" !
Depuis je suis régulièrement en contact avec Tristan et son équipe et c'est tout naturellement que je l'ai appelé pour travailler sur le Tea Garden de Cha Ling !

7 - Avec le lancement de votre marque Cha Ling qui met en lumière la préservation du thé Pu’Er de Chine dans le Yunnan, quels sont les changements notoires que vos consommatrices vont pouvoir découvrir lors de l’achat de vos produits ? (Packaging, etc.) Quel message voulez-vous leur faire passer par cette nouvelle approche du marketing ?  

Cha Ling c'est une nouvelle façon d'appréhender la beauté : "Pour une beauté pleine de sens" est notre crédo. Nous avons notamment choisi d'intégrer l'écologie au cœur de la marque et ce depuis sa création. C'est passionnant comme aventure ... Se reposer les "bonnes" questions tout au long du cycle de vie ...

Nous avons ainsi réussi à "casser" quelques codes comme le fait de supprimer les boites pliantes autour des pots, avoir des packaging ajustés à la contenance, une liste d'ingrédient très courte, un ingrédient clé unique, le thé Pu'Er pour toute la gamme, une certification Bio de ce thé, un partenariat durable de 10 ans avec les fournisseurs de thé ... Il y a un profond respect des personnes et de la nature tout au long de la création de cette marque, c'est enthousiasmant !

8 - L’abeille : espèce très menacée et fil rouge la marque Guerlain. Vous venez de signer un partenariat avec l’Observatoire Français de l’Apidologie fondé par Thierry Dufresne connu pour être « l’homme qui sauve les abeilles » après avoir été une figure incontournable dans l’univers de la mode. Quelles sont les étapes de votre collaboration ?

Nous nous sommes rencontrés en septembre dernier, notre partenariat nous est apparu comme une évidence et nous nous sommes très vite entendu sur les termes de notre collaboration.

Nous avons décidé notamment de soutenir financièrement le programme de formation que Thierry propose : en effet nous avons appris qu'il y avait très peu d'apiculteurs professionnels (95% d'entre eux sont des apiculteurs de loisirs) et qu'il y avait un manque cruel d'une vraie formation technique et professionnelle. C'est ce que Thierry a décidé de créer, une formation diplômante de 6 mois avec une promotion de 15 apiculteurs cette année.

La prochaine étape est de rencontrer cette nouvelle promotion, nous sommes persuadés que nous allons faire encore de belles rencontres et qui sait, nous pourrons ensuite peut être accompagner ces jeunes apiculteurs ...

9 - L’un de vos moteurs dans votre carrière ce sont vos rencontres avec ces acteurs du développement durable. Une rencontre particulière qui vous a marqué et pourquoi ?

Indéniablement les rencontres sont incroyables dans ce métier et j'ai eu la chance d'en faire beaucoup ...

La dernière en date c'est une rencontre avec Bertrand Piccard et André Borschberg, les pilotes de Solar Impulse, l'avion à énergie solaire. Quand ils parlent de leur projet, ils sont tellement positifs, tellement fiers et transmettent une telle passion .... C'est une innovation incroyable qui n'a pu voir le jour que grâce à leur engagement sans faille et leur conviction profonde, cela donne envie de se "battre" pour faire changer le monde, et c'est possible !

Quand on parle de belles rencontres je ne peux pas m'empêcher de citer Cécile Lochard, Gildas Bonnel, Hélène de la Moureyre, Esther Kamatari ... Tous sont d'ailleurs devenus des partenaires privilégiés avec lesquels j'aime travailler et qui sont mes sources d'énergie et d'inspirations !

10 - Votre conception du luxe de demain : le « luxe bienveillant », c’est donc bel et bien possible?

J'en suis convaincue ! Et c'est pour moi un luxe qui a encore plus de valeur et qui fera encore plus rêver ...