#Guest92 - Jadav Payeng, The Forest Man of India

Pour être en harmonie avec ce monde, respectez le chemin de la nature. Soyez tous des contributeurs positifs pour la nature. Réalisez que la cause du changement climatique est le résultat de notre mode de vie. Adoptez un mode de vie qui serait « nature-friendly ».
— Jadav Payeng

1 - Pendant près de 37 années vous avez dédié votre vie à votre île natale Majuli. Grâce à vos efforts et travail minutieux, les médias s’y intéressent car vous avez relevé un défi: celui de relancer tout un écosystème de la taille de Central Park ! Qu’est ce que vous ressentez quand vous voyez l’intérêt que les médias portent à votre travail?

Le ministère des Forêts ne m’a identifié qu’en 2008. Les médias m’ont soutenu sur leurs plateformes classiques et digitales ce qui m’a permis d’atteindre un plus grand public, d’être plus apprécié et même gagner des prix.

Cependant, mon vrai rêve ne s’est toujours pas réalisé. J’aimerais fidéliser écoles, universités, entreprises, usines et des industries à travers l’Inde et le monde entier à participer à d'importants projets de plantations dans leurs domaines respectifs.

Quand un enfant commence sa scolarisation, il devrait planter deux arbres et en assurer l'entretien durant les 5 années à venir en collaboration avec son école. De cette façon il participerait à la production de son oxygène ! Après les 5 premières années d’école, chaque élève devrait en replanter deux autres et s’en occuper pendant les 5 années suivantes de manière à purifier notre univers commun et nous assurer à tous un meilleur futur ... Pour un monde meilleur!

Savez-vous combien d’admissions ont lieu chaque année dans le monde entier ? Si cette idée était pratiquée sur les 5 à 10 années à venir, cette planète serait beaucoup plus « green » ! C'est ça mon rêve!

Plutôt que me rencontrer pour le plaisir ou lire mon parcours et histoire personnelle, mon message à toutes les personnes de cette planète est: "Allez planter des arbres !"

Mes simples recommandations à tous vos lecteurs: faisons des efforts pour une planète plus durable, et ensuite vous pourrez écrire une jolie histoire sur mon engagement. Les prix, les rencontres et les histoires seuls n’aideront pas la plantation, nous avons besoin de l’action sur place.

2 - Dès l'âge de 16 ans vous consacrez tout votre temps à commencer votre travail de plantation sur votre ile natale, Majuli. Pourquoi ce choix quand on est encore un jeune garçon?

J’ai arrêté l’école vers 10 ans pour devenir berger. À l’époque, ce niveau d’étude était suffisant. Un homme scientifique que j’observais à l’école m’a appris à planter des arbres dans une pépinière. C'est là que m'est venue l'idée spontanée d'y faire la même chose sur mon île.

Après ma scolarité au village de Golaghat, j’allais régulièrement visiter mon lieu de naissance victime de plus en plus d'érosion notamment après les inondations de 1965… En 1979, nous avons eu à nouveau une inondation qui, cette fois, a emmené de nouvelles formes de vie avec elle, y compris des centaines de serpents. Une fois l’eau évaporée, au mois de juin-juillet, les serpents étaient en train de mourir sur le banc de sable. Cela m’a fait beaucoup réfléchir et je sentais la douleur que les serpents ont dû sentir avant leur mort… J’ai réalisé que si le soleil brûlant pouvait tuer des serpents, un jour il pourra également tuer l’homme…

C'est alors que j’ai compris que la mort des serpents était à cause du manque d'ombre. En voulant créer cet ombre nécessaire pour la survie, j’ai décidé de commencer une plantation. Depuis, je ne me suis jamais arrêté. Et je ne m’arrêterai pas tant que je suis en vie!

Concernant ma vie de famille, mon mariage a été repoussé. Je crois que ça arrive à beaucoup de travailleurs de forêt ! Je n’ai jamais été loin de ma femme et de ma famille. En tant que père de famille je m'occupe du bétail dans la forêt et reviens la nuit. Ma vie est composée uniquement de deux éléments : ma famille et ma forêt. J’ai une famille heureuse : une femme, une fille et deux fils.

3 - Êtes-vous fier de votre travail aujourd'hui?

Oui...

4 - Avez-vous depuis fondé une ONG?

Non, mais nous avons accepté de mettre en place « Plant for Planet Protection Project (PPP) » pour avoir de l’aide de l’extérieur et superviser les projets de plantation en Inde et à l’étranger.

5 - Comment les gens peuvent-ils vous aider pour défendre les forêts?

En 2012, un rhinocéros a été victime de braconnage dans ma forêt. En 2015 il y en a eu 26 environ à travers l'Assam ! Dans cette partie de l’Inde, nous devons mettre en place des programmes d’engagements communautaires pour sensibiliser et inciter les gens à participer aux projets de protection de la forêt et de la faune sauvage. Ils doivent baser leur modèle économique sur ces initiatives.

Actuellement, beaucoup de touristes visitent ma forêt chaque mois et les braconniers ont peur de toucher à la faune sauvage depuis. Le gouvernement s’intéresse aussi particulièrement à cette forêt grâce à ma popularité….

Tout le monde peut tout de même nous soutenir via PPP en créant des sessions interactives avec les communautés dans des forêts différentes d’Inde afin de les engager davantage dans des initiatives de protection de la nature et inciter le changement.

6 - Quel est le message que vous voulez faire passer aux décideurs au sujet du climat?

La plantation devrait être considérée comme la solution à la fois simple mais importante pour combattre le changement climatique. Renforcer REDD+ pour que les pays développés puissent financer les projets de plantation dans les régions fertiles dans les pays en développement.

Superviser attentivement les projets de plantation de façon plus globale puisqu’il n’y a pas de source d’information ou d'organisation centralisée qui pourrait guider les gens dans leur engagement.

Si l’opportunité se présente, j’aimerais être coordinateur d’une initiative de plantation internationale qui regrouperait tous les projets de plantation du monde pour mieux informer et engager tous les citoyens. C’est d’ailleurs l’idée et la motivation première à l'origine de PPP.

7 - Votre message à la jeunesse par rapport à notre planète et son importance?

La nature nous guide, elle dicte nos vies. Vivez votre vie en suivant les besoins et les conseils de la nature, n’essayez pas de la maîtriser ; sinon elle se vengera pour rétablir l’équilibre.

Pour être en harmonie avec ce monde, respectez le chemin de la nature. Soyez tous des contributeurs positifs pour la nature. Réalisez que la cause du changement climatique est le résultat de notre mode de vie. Adoptez un mode de vie qui serait « nature-friendly ».

8 - Quels sont vos principaux projets actuellement?

J’ai actuellement deux objectives à réaliser:

Premièrement à l'échelle du monde je me concentre sur le lancement de PPP, une organisation regroupant toutes les initiatives de plantation y compris les gestionnaires forestiers et toutes les ressources à disposition afin de promouvoir l’idée. Une organisation commune pour se soutenir mutuellement, assurer la transparence et l’utilisation des fonds.

Notre but est d’inspirer les gens partout dans le monde – écoles, universités, entreprises, industries etc. – de participer aux projets de plantation autour d’eux. Ce projet mondial est envisagé pour le futur.

Des bénévoles de plus de 20 pays différents ont déjà manifesté leur intérêt de travailler avec nous sur ce projet ambitieux. Nous sommes donc confiants que ce projet sera réalisé à l’échelle mondiale.

À la fin de chaque année, nous souhaitons faire un bilan de tous les partenaires et leurs projets de plantation afin de calculer combien d’arbres ont été plantés et combien d’hectares de terre ont été reboisés par rapport aux chiffres de la déforestation. Cela nous permettra d’estimer l’équilibre entre les deux.

Puis localement chez moi: planter de plus en plus pour sauver les iles restantes. Ma prochaine cible c’est l’ile Makahi avec une surface de 2,000 hectares soit quatre fois la surface de ma plantation actuelle. J’ai besoin d’aide pour réaliser ce rêve rapidement :

- 1Heart 1Tree s'est engagé pour une donation de 5,000 arbres

- Faugo shoes est également intéressé

8 - Si vous deviez résumer votre message à ceux qui vous lisent?

Chaque création vivante sur Terre a les mêmes droits que nous de vivre sur celle-ci. L’homme n’est pas supérieur aux autres. Notre éducation nous emmène à respecter et soutenir chaque créature plutôt que de nier leurs droits.