#Guest48 - Christian de BOISREDON, Fondateur de SPARKNEWS

J’avais proposé à Libération de faire un numéro dédié aux solutions qui s’est avéré être la meilleure vente de l’année, preuve que l’information « positive » répond aux attentes du public !

1 - L’émergence du Nouveau Monde avec notamment l’arrivée de l’économie circulaire et collaborative se fait de plus en plus ressentir, les codes de la société sont en pleine mutation. Tu en fais d’ailleurs parti en ayant choisi de mettre le focus sur le train qui arrive à l’heure, voir même en avance dans le milieu du journalisme.

Initiateur et co-fondateur de Reporters d’Espoirs en 2003, auteur du best-seller L’espérance autour du monde en 2004, d’où t’est venue cette envie de parler d’initiatives porteuses de solutions il y a déjà plus de 10 ans ?

Cette notion de partage de solutions a commencé dès l’adolescence à l’âge de 14 ans. C’est à cette période que j’ai eu la chance de partager l’expérience de mon frère aîné qui, alors qu’il était au Chili, se demandait avec un de ses amis comment ils pouvaient aider les gens dans les bidonvilles. Ils se creusaient la tête pour trouver une idée efficace jusqu’au jour où ils tombèrent sur un article au sujet du micro-crédit sur les banques des pauvres au Bangladesh. Ils ont trouvé l’idée géniale et se sont dits que si ça marchait au Bangladesh, ça pourrait l’être aussi au Chili ! Ils ont alors créé la première banque des pauvres au Chili, qui jusqu’à aujourd’hui a permis la création de plus de cent mille emplois ! C’est là que je me suis redu compte qu’un article pouvait littéralement changer la vie de milliers de personnes grâce à un journaliste !

La deuxième chose qui m’a conforté dans l’idée de partager des initiatives innovantes et positives, c’est l’expérience que j’ai eu avec Libération. J’avais proposé à ce journal de faire un numéro dédié aux solutions qui s’est avéré être la meilleure vente de l’année, preuve que l’information « positive » répond aux attentes du public ! 

2 - En 2012 tu fondes Sparknews, une entreprise sociale qui milite en faveur de contenus inspirants dans différents domaines. Présent sur la toile via une plateforme collaborative de vidéos qui source des solutions positives à fort impact social dans le monde. Dans la presse également avec l’Impact Journalism Day dans lequel 47 journaux leaders internationaux publient un supplément de 8 pages d’initiatives positives sociales et environnementales une fois par an puis en entreprise ou encore lors de conférences pour parler innovation sociale, etc.

Dans cette dynamique de partage de solutions, d’entraide et de solidarité, qu’est ce qui te touche le plus en tant qu’initiateur de cette effervescence positive qui se propage de frontière en frontière ?

Ce qui m’a touché, c’est de réaliser qu’on répondait à une attente profonde des rédacteurs en chef qui n’avaient pas imaginé que ça puisse avoir autant de succès auprès de leurs lecteurs. Depuis leur participation à L’Impact Journalism Day, plusieurs d’entre eux ont décidé d’intégrer cette approche « solutions » au quotidien dans leur rédaction. Bien entendu, les changements ne s’opèrent pas du jour au lendemain mais on sent une prise de conscience et une envie grandissante. Lors de notre soirée « Les médias qui changent le monde » dans le cadre du Forum mondial Convergences, où on a fait témoigner sur scène 30 des 47 rédacteurs en chef de l’Impact Journalism Day, les huit cent personnes du public leur ont réservé une ovation qui les a touchés et qui les a galvanisés dans cette prise de conscience.

3 - Quel est ton actualité ?

Suite au succès de l’Impact Journalism Day, on a créé un nouveau projet appelé Solutions&Co avec les plus grands médias économiques, pour relayer les solutions business pour le climat. Ainsi, le 18 novembre prochain, une quinzaine de journaux économiques dans le monde vont publier un supplément dédié à ces solutions en vue de la COP21.

Dans ce projet, nous allons plus loin puisque le but est également de connecter les projets innovants avec les grandes entreprises afin qu’elles collaborent. Nous avons la chance d’avoir des grands partenaires associés à cette démarche comme notre partenaire fondateur Total, mais aussi Solutions COP21 ou encore la B-Team qui rassemble 16 grands patrons engagés dont Richard Branson, Paul Polman, Muhammad Yunus, Ratan Tata…

4 - Ton message aux différents médias (TV, presse, web) afin de les inciter à s’intéresser davantage au train qui arrive en avance ? Pourquoi selon toi c’est bénéfique pour notre société de tempérer les mauvaises nouvelles en les remplaçant par des solutions ?

L’idée n’est pas de remplacer les mauvaises nouvelles par des solutions mais de développer un réflexe consistant à traiter également des solutions quand on parle des problèmes. Il est indispensable que les médias relayent les problèmes nous permettant ainsi d’être alertés et de nous indigner, mais l’information a plus d’impact si on montre aux gens qu’il existe des solutions dont ils peuvent s’inspirer pour agir ! C’est une question d’équilibre.

5 - Une initiative ou une rencontre bouleversante et pourquoi ?

La rencontre qui m’a le plus marqué c’est quand j’avais 18 ans, avec Maria Gomez, une poblador des bidonvilles du Chili qui grâce à un micro-crédit avait créé sa petite boulangerie. Lorsque j’ai fait un stage dans cette banque de micro-crédit, je passais la voir chaque matin. On refaisait le monde autour d’un des meilleurs croissants que je n’ai jamais mangé ! Elle me prenait dans ses bras comme savent le faire les Sud-Américains, me considérant d’égal à égal et m’a fait réaliser qu’on peut être pauvre ou nanti et partager une amitié sincère. Je repense souvent à tous ces micro-entrepreneurs et à leur courage exemplaire.

6 - Un mot sur l’initiative de ce nouveau blog ?

Je ne peux que soutenir cette approche consistant à relayer ceux qui cherchent à construire un monde meilleur. Je suis impressionné par la qualité des personnes qu’il fédère grâce à ton énergie positive et ta force de conviction !

Pour rester connecté aux énergies positives dans votre quotidien, retrouvez Sparknews sur Facebook & Twitter!