#Guest46 - Olivier de MALÉZIEUX, Directeur Général de The Body Shop France

Dans une société dans laquelle les politiciens ne prêchent plus par l’exemple, la conduite éthique est démodée et les médias ne donnent pas aux gens de véritables informations sur ce qui se passe dans le monde. Ce qui me fascine c’est le concept de transformer nos magasins en centres d’éducation. Anita Roddick

Notre engagement est toujours aussi fort, si ce n’est plus car nous bénéficions des progrès réalisés dans le domaine. À présent tous les produits que nous utilisons ont un impact positif sur l’environnement, du shampooing qui s’écoule dans la canalisation jusqu’à l’emballage que nous jetons à la poubelle ! The Body Shop met tout en œuvre pour protéger la planète. Olivier de Malézieux

1 - Vous avez commencé votre carrière chez L’Oréal où vous y êtes resté plus d’une décennie en supervisant la division Cosmétique Active dans plusieurs pays. Depuis 18 mois vous avez pris les rênes de la filiale française de The Body Shop, la marque de cosmétique la plus éthique et engagée du groupe.

Pourquoi ce changement de poste et de structure ?

L'engagement est une notion très forte chez moi et indispensable dans ma vie quotidienne. C'est certainement cette raison qui fait que je me sens bien chez L'Oréal, groupe très fortement engagé lui aussi sur de nombreux fronts, que ce soit dans le développement durable au travers de sa recherche ou dans chacune de ses marques qui portent des valeurs fortes auprès des consommateurs et des professionnels de santé (médecins, pharmaciens...). Pendant dix ans j'ai sillonné l'Europe pour porter les valeurs de la division Cosmétique Active. Je donnerai l’exemple d’une marque connue du grand public, La Roche Posay qui est très impliquée notamment dans la prévention des mélanomes au niveau mondial.

Mon passage chez The Body Shop est donc un prolongement logique de cette volonté d'engagement qui m'anime! Au delà de ces valeurs intrinsèques qui me sont chères, j'ai la chance de les partager avec toutes nos équipes sur le terrain. Ces valeurs sont celles d’Anita Roddick, notre fondatrice et elles sont fortement engagées à chaque fois que nous lançons de grandes campagnes de sensibilisation. Nous avons de plus la possibilité de les exprimer pleinement auprès des consommateurs grâce à notre propre réseau de boutiques, près de soixante dix dans l’Hexagone.

Ce que je trouve intéressant c’est que toutes nos équipes sur le terrain partagent les valeurs et l’histoire de la marque. Depuis près de quarante ans ans tous les collaborateurs défendent avec force notre éthique avec beaucoup de sincérité et de transparence. C’est une marque ou le respect de l’autre et au cœur de notre travail quotidien et je m’efforce de maintenir cette longue tradition.

2- Anita Roddick a fondé The Body Shop en mars 1976 en ayant pour conviction que le commerce pouvait faire le bien. Un objectif qu’elle a relevé avec brio pendant les trente années qui ont suivi son lancement. The Body Shop a su communiquer à la mise en œuvre des changements sociaux et environnementaux par une méthode disruptive avec des produits prônant les valeurs des droits de l’Homme et de la lutte pour la protection de l’environnement.

Expliquez-nous aujourd’hui votre ligne directrice sur vos différents engagements ? Appartenir à un grand groupe comme L’Oréal est-ce un atout pour le développement d’une marque aussi concernée ?

Notre engagement est toujours aussi fort, si ce n'est plus car nous bénéficions des progrès réalisés dans le domaine. À présent tous les produits que nous utilisons ont un impact positif sur l’environnement, du shampooing qui s’écoule dans la canalisation jusqu’à l’emballage que nous jetons à la poubelle ! The Body Shop met tout en œuvre pour protéger la planète. Nous avons d’ailleurs un label éco responsable qui est attribué aux produits respectant des critères très stricts sur le plan écologique. Nous sélectionnons nos matières premières avec grand soin, en ne gardant que celles dont nous sommes sûr qu’elles ne présentent aucun danger pour les organismes aquatiques. Nous n’utilisons pas de substances qui ne soient pas dégradables, toxiques pour l’homme et l’environnement ou risque de s’accumuler dans la chaine alimentaire.

Nous nous efforçons d’utiliser aussi peu de matériaux d’emballage que possible. À chaque fois que c’est possible, nous utilisons des matériaux réutilisables. Le papier et le carton entrant dans la fabrication des emballages primaires sont issus d’une exploitation forestière certifiée PSC. Nous voulons être un acteur actif de la protection environnementale.

Sur le plan humain nous sommes aussi très engagés sur les valeurs des droits de l’Homme. Chaque année nous menons dans nos boutiques des campagnes pour financer de grandes initiatives. L’année dernière en fin d’année nous avons collaboré avec l’association War Child qui tente d’aider les enfants non scolarisés à cause des conflits locaux. The Body Shop a reversé une partie de la somme récoltée via la vente de cadeau de Noël. Un cadeau acheté, c’était une leçon offerte.

Nous avons la chance de pouvoir réaliser ces nombreuses actions dans ces univers différents grâce au soutien actif du Groupe L’Oréal qui partage les mêmes valeurs et qui est indispensable dans le développement de la marque The Body Shop. C'est la partie Recherche du groupe qui travaille sur les matières premières et les formules qui correspondent à notre charte de formulation et à nos valeurs. Le groupe met aussi à notre disposition son savoir-faire de fabrication. De plus, toutes les usines sont fortement engagées dans le développement durable. 

En résumé c'est grâce au groupe L'Oréal que les choses bougent et The Body Shop en profite pleinement!

3 - Anita Roddick était connue pour son activisme et ses campagnes internationales auprès de grandes causes en partenariat avec plusieurs ONGs. Où en est la marque concernant son soutien pour l’écologie et les droits de l’Homme ?

Nous sommes très sensibles aux valeurs d’Anita. Vous pouvez retrouver l’historique de nos campagnes sur notre site Internet.

La dernière campagne date de 2011 avec « Stop Sex trafficking ». Plus de 7 millions de signatures ont été obtenus au Conseil des droits de l'homme des Nations-Unies. Cette pétition compte parmi les plus importantes de l'organisation.

Concernant les futurs projets avec les ONGs nous venons de faire un partenariat avec World Land Trust qui a commencé le 1er juillet 2015 en France. Dès l’achat d’un sac en papier, 0,10cts sont reversés dorénavant à cette association. Auparavant depuis Octobre 2014 nous soutenions l’association War Child et nous leur avons reversé plus de 5000 euros.

Avec notre gamme Oils of Life, The Body Shop fiancera la plantation d’un million de graines à Cerro Blanco en Équateur dans l’objectif de protéger la biodiversité locale. À cette occasion à partir du 15 septembre prochain nous lancerons une campagne sur notre page Facebook France pour planter 10 000 graines supplémentaires. Pour tout nouveau « j’aime », The Body Shop plantera une graine et deux graines pour tout nouveau « partage » de notre post.

Pour Noël 2015, nous nous associons à l’ONG Water Aid, pour un coffret cadeau acheté un jour d’eau potable sera offert à une famille en Éthiopie

4 – Votre gamme White Musk est un succès depuis son lancement. Quelles sont les origines de cette gamme ? Un lien avec la défense des animaux par Anita ?

Cette gamme a été lancé en 1981 par Anita Roddick. En effet, il a été l’un des premiers parfums à utiliser du musc de synthèse pour éviter les méthodes douloureuses et cruelles employées pendant l’extraction du musc animal. Il s’est imposé comme emblème de la marque et grand classique de la parfumerie. Il s’en vend aujourd’hui en France un chaque minute.

5 – En tant que citoyen, vous sentez-vous concerné par la protection de l’environnement ? Qu’attendez vous des décisions de la COP21 ?

Nous sommes face à une urgence et c'est de notre devoir de citoyen d'être actif à notre niveau quel qu’il soit pour protéger notre planète. Les experts sont clairs, la situation est alarmante et nous devons tous en être conscients.

J'ai beaucoup évolué sur ce sujet, je fais parti de la génération qui a connu le gaspillage, les surproductions, etc. Mais depuis quelques années déjà j'ai pris conscience qu'il était de notre responsabilité de devenir actif pour laisser à nos enfants une planète convenable dans le but d’arrêter la spirale destructrice dans laquelle nous sommes.

La COP21 va, je l’espère, concrétiser la prise de conscience mondiale qui s'opère et que nous arriverons à un accord avec tous les pays sans exception car ce n'est qu'ensemble que nous arriverons à changer demain.

Le Groupe L’Oréal est partenaire de solutions COP21 et nous y serons aussi. J’espère pouvoir partager avec le maximum de visiteurs nos engagements pour la planète!

6 – Une rencontre bouleversante ?

Ce n’est pas une personne mais un lieu. J’ai eu la chance de passer 3 heures extraordinaires à Jérusalem dans la vieille ville. Ce fut un voyage magique et hors du temps. J’ai eu l’impression que le temps s’arrêtait. L’émotion a été intense en parcourant cette ville tellement chargée en symboles. C’est sans doute le moment le plus inoubliable de ma vie…

7 – Un mot sur l’initiative de ce blog ?

Il est possible de changer le monde et chacun peut y contribuer. Ce blog en est la preuve vivante. Bravo pour toute cette énergie positive qu’il transmet.  Cela fait du bien et donne de l’espoir pour notre planète. Bon vent et longue vie à cette belle initiative !