#Guest33 - Etienne BOURGOIS, Directeur Général Agnès b. & Président de TARA Expéditions

Il faut rappeler que deux milliards de personnes vivent en bord de mer, l’enjeu est énorme ! On parle de deux cent cinquante millions de gens qui vont devoir migrer pour des raisons climatiques ! Il faut agir !

Le 8 juin dernier on célébrait la Journée Mondiale des Océans! Cette semaine on met alors le focus sur l'un des acteurs français engagés dans la protection de notre poumon bleu, Étienne Bourgois!


Étienne travaille avec la styliste de renommée mondiale sa mère Agnès b. depuis plus de 36 ans. Son intérêt pour les océans se décuple lorsqu’il fait l’acquisition avec Agnès d’une goélette qu’il nomme Tara afin d’en faire un navire de recherche ! Cela fait maintenant plus d’une dizaine d’année que Tara parcourt les océans avec à son bord nombre de scientifiques afin d’étudier l’état des océans, etc.

Grâce à leurs recherches, les équipes de Tara ont pour but de sensibiliser le public mais aussi les décideurs politiques à l’importance de protéger ce poumon bleu face aux changements climatiques, à la pollution des océans et à la perte considérable de notre biodiversité si nous n’agissons pas !

Le 21 mai dernier, les équipes de Tara Océans ont publié une étude sur le plancton qu’ils ont étudié entre 2009 et 2013. Rencontre avec une fashion Guest pour qui les océans occupent la plus grande place de son bureau !

Étienne Bourgois - Crédit F-Latreille Tara Expéditions

Étienne Bourgois - Crédit F-Latreille Tara Expéditions

1 – Fils d’éditeur et mère d’une styliste, vous êtes le DG d’Agnès b. mais aussi le président de Tara Expéditions depuis que vous avez acquis la goélette en 2003. Pourquoi cette acquisition et d’où vous vient cette passion pour les océans, cette sensibilité à l’environnement marin ?

J’ai commencé à naviguer très jeune, je suis monté sur un bateau dès l’âge de deux ans. Aujourd’hui c’est devenu une passion, dès que j’ai du temps je navigue !

J’ai eu la chance d’aller au pole Nord à deux reprises. La première fois c’était en 1996 avec mon ami Bernard Buigues. Ce fut un moment unique et intense ! Poser son pied sur la banquise, être confronté à la logistique russe… Tout cet univers et ses problématiques m’étaient encore totalement inconnus, je n’avais encore jamais été confronté aux milieux désertiques !

Puis en 2003 dans une dynamique positive de rencontres incroyables, un ami néozélandais m’informe que la goélette Seamaster ex Antartica est à vendre. Avec Agnès on en devient propriétaires et je la nomme Tara en hommage à mon grand-père qui avait un bateau du même nom.

Tara a donc été remise en état afin que son utilisation serve à des fins scientifiques et surtout la préparer à la grande dérive polaire. En 2006, les débuts de Tara coïncidaientt avec  l’année polaire internationale qui se fête tous les cinquante ans, Tara étant un bateau unique adapté aux conditions polaires:http://arctic.taraexpeditions.org/fr/l-annee-polaire-internationale.php?id_page=52-. Tara Arctic fut le début d’une une folle aventure !

Je ne me considère pas vraiment comme un écologiste néanmoins il est vrai que la nature m’a toujours beaucoup fascinée. Avec l’âge on prend sans doute plus de recul en regardant derrière soi, on a plus facilement le goût pour les responsabilités et l’envie plus prononcée de faire des choses utiles… Remettre ce bateau en état et commencer des expéditions scientifiques était un projet complètement fou et à la fois cela semblait comme une évidence pour moi. Cet univers était tout nouveau pour moi, néanmoins dans mon entourage je côtoyais déjà des acteurs tels que Jean-Louis Etienne, Bernard Buigues, Titan Lamazou, Bruno Troublé...

Je me suis dit que mon expérience en management pouvait peut-être être mise à contribution en emmenant des moyens. J’avais également l’idée de mettre en place toute une équipe, de structurer ce projet ambitieux de recherches et de sensibilisation !

Au début de cette aventure j’étais très impliqué dans la mission, puis rapidement j’ai demandé à Romain Troublé mon cousin de me rejoindre dans l’équipe afin de co-diriger les opérations.

Grâce à Tara je côtoie deux univers diamétralement opposés, ça me permet souvent de prendre du recul sur beaucoup choses…

À ce jour Tara Expéditions compte dix missions à son actif. Notre particularité lors de nos missions c’est que nous avons l’habitude d’emmener des artistes et des journalistes afin qu’ils relaient au mieux nos messages auprès du grand public. Notre but est de le sensibiliser de manière pédagogique avec des messages simples qui parlent à tous malgré la complexité des sujets étudiés : la fonte de la banquise, la pollution des océans, le rôles du plancton dans la régulation du climat, etc.

La mission Tara Arctic a été tout simplement une mission de folie ! Depuis 115 ans aucune expédition n’avait été refaite dans cette région car quand on y envoie un bateau et qu’il reste bloqué dans la glace on ne sait jamais quand notre équipe pourra concrètement revenir avec en plus les enjeux géopolitiques et les problématiques de logistique, de sécurité…

Avec Tara j’ai réuni mon penchant pour la nature, la navigation et l’envie de faire quelque chose avec un projet qui me correspondait en parallèle de mon travail depuis 36 ans.

2 – Tara Expéditions organise des expéditions en étudiant l'impact du changement climatique et ainsi faire prendre conscience de la fragilité de l’environnement. Ses missions se déclinent en 3 programmes : Océan et Homme / Océan et Biodiversité / Océan Climat. Vous avez le soutien de Ban Ki-Moon.

Tara explore les extrêmes polaires de l’Antarctique au Groenland, les scientifiques à bord de Tara ont publié pas moins d’une cinquantaine de publications scientifiques sur l’état des océans…

Quels sont les messages que vous voulez faire passer via vos campagnes de sensibilisation au grand public mais aussi aux gouvernements, quels sont les constats les plus marquants que vous avez pu observer grâce à vos études sur le réchauffement climatique et qu’allez-vous faire comme intervention pour la COP21?

Dès le début j’ai voulu m’inscrire dans la durée, faire des missions longues, les recherches fondamentales ont besoin de moyen certes mais surtout de temps ! La mission Tara Océans a été initiée en 2009 et  les résultats de nos recherches sur le plancton dans les océans ont été publiés en mai dernier http://oceans.taraexpeditions.org/m/science/les-actualites/premiers-resultats-scientifiques-de-lexpedition-tara-oceans/

On essaye vraiment et sincèrement de donner de la matière, de sensibiliser chacun de nos résultats. Notre objectif n’est pas de faire du fantastique et du sensationnel. Ce qui nous importe est d’apporter au grand public une culture plus aboutie sur ces problématiques.

Parler du plancton au grand public n’est pas forcément évident et pourtant c’est lui qui produit de l’oxygène et absorbe du CO2 (dioxyde de carbone) ce qui est extrêmement important pour la régulation du climat !

On part de zéro que ce soit du côté du grand public et du côté des décideurs.

Avec Tara nous prenons le parti de communiquer ainsi sur le poumon bleu (les océans) et pas seulement sur le poumon vert de la planète dont le public est aujourd’hui plus familier.

On s’intéresse souvent à la problématique des baleines, des manchots, des tortues… Mon souhait depuis le départ c’est de mettre en avant l’importance de toute cette biodiversité qui compte dans notre écosystème. L’activité humaine quand on la regarde sur des millions d’années bouleverse l’environnement de façon dramatique sur des espaces temps très courts et qui vont malheureusement avoir des impacts forts sur l’humanité ! La Terre en a vu d’autre, elle s’en remettra sûrement. L’espèce humaine, elle, est plus vulnérable si nous continuons comme nous le faisons !

Nos objectifs sont multiples, on donne de l’information de plus en plus engagée, on alerte le plus fortement possible sur les problématiques du changement climatique.

On a fait une dérive polaire qui a été deux fois plus rapide que prévu avec des températures positives en été ! La banquise s’était transformée par endroit en flaque d’eau ! On ne peut nier aujourd’hui que la banquise est de plus en plus fine ! Cette année elle a atteint un record avec une perte considérable d’un million de km2 à la fin de l'hiver ! L’impact du réchauffement climatique sur la banquise est flagrant !

Concernant la pollution des océans on parle toujours des macro déchets, notre mission a été alors de mettre le focus sur les micro déchets, c’est à dire sur les particules de plastiques que l’on a même retrouvés en Antarctique ! La pollution est indéniablement partout… Il faut donc réagir !

C’est donc primordial aujourd’hui de créer ce lien direct entre les scientifiques, le grand public et les décideurs politiques ! Les politiques et journalistes ont besoin de passeurs qui vulgarisent les sujets complexes avec des résultats concrets. Ainsi nous invitons régulièrement en plus des journalistes des personnalités qui ont un rôle important à jouer dans cet écosystème comme Ban Ki moon, le secrétaire général des Nations-Unies qui nous a fait l'honneur de nous rendre visite il y a trois ans. Il s’est d’ailleurs engagé à mettre davantage l’accent sur les problématiques des océans et de parler de leur impact positif sur le climat.  Il est important pour nous de montrer nos actions aux politiques !

Crédit J.Girardot Tara Expéditions

Crédit J.Girardot Tara Expéditions

Parler des micros plastiques en mer ou de la fonte de la banquise n’est pas évident quand on n’en a pas conscience dans notre quotidien, c’est donc pourquoi nous avons pour mission de sensibiliser le plus simplement possible tout notre travail à ces décideurs. De plus on est vraiment ouvert à transmettre nos données scientifiques aux ONGs et aux différents acteurs sensibles à notre environnement comme Yann Arthus-Bertrand pour faire avancer les choses pour sensibiliser le plus grand nombre.

Il faut rappeler que deux milliards de personnes vivent en bord de mer, l’enjeu est énorme ! On parle de deux cent cinquante millions de gens qui vont devoir migrer pour des raisons climatiques ! Il faut agir ! C’est pourquoi nous travaillons en collaboration avec l’Unesco et le gouvernement français dans le but de faire évoluer les politiques sur des sujets notamment liés à la haute mer, des zones à protéger également ! Avec le temps, ces problématiques commencent enfin à rentrer dans leur agenda.

La problématique du plastique a commencé à rentrer elle aussi dans les moeurs avec l’interdiction de distribution de plastique à usage unique dès janvier 2016 en France. Cette décision fut une belle satisfaction pour nos équipes qui travaillent depuis des années autour de cette problématique !

Après la COP21, notre bateau devait retourner dans le Pacifique étudier cette fois les coraux, puis j’ai voulu que Tara devienne aussi un acteur de cette prise de conscience mondiale. Tara sera alors présent à Paris au pont Alexandre III en décembre 2015 avec à disposition une salle de conférence pour y faire des projections, débats et expositions avec près de cinquante sept organismes qui se joignent à nous dans cette aventure ! Nous irons aussi à la rencontre des enfants… Nous avons lancé le 8 juin tous ensemble l'Appel de l'Océan pour le Climat : https://www.change.org/p/ensemble-faisons-entendre-la-voix-de-l-oc%C3%A9an

3 – Les prochaines missions de Tara ?

Crédit: F-Latreille Tara Expéditions

Crédit: F-Latreille Tara Expéditions

Après la COP21 notre priorité se portera sur la problématique du changement climatique sur les coraux. Les gens ne le savent pas forcément mais les coraux sont les seuls organismes vivants que nous voyons de l’espace et ils subissent aux aussi les impacts que l’on peut observer notamment via leur blanchissement. Le corail est confronté à l’acidification et à l’élévation des océans, la pollution, l'impact de l'homme etc. Il y a des enjeux sur les coraux qui sont majeurs dans les iles notamment du Pacifique. Tara va donc zigzaguer pour trouver le cœur de la biodiversité en Indonésie.

De plus nous avons également un projet de sensibilisation dans les grandes capitales asiatiques. Nous irons depuis la Nouvelle-Zélande, à Taiwan, au Japon, en Chine ou encore en Corée pendant deux ans environ afin de partager nos travaux depuis dix ans.

4 –  Pensez-vous que le monde connecté soit une avancée pour l’humanité et quel constat en faites-vous dans vos domaines ?

Je trouve que l’interaction grâce à Internet est fabuleuse ! L’énergie de ces communautés qui se prennent en main et s’interconnectent d’un pays à l’autre… Je trouve ça génial ! L’information est plus rapide, elle a un rôle de sensibilisation efficace, elle permet également d’éduquer, etc. De plus avec l’arrivée des objets connectés on assiste à des innovations révolutionnaires dans plusieurs domaines notamment auprès de personnes handicapées… Pour ma part je ne suis pas passionné par les gadgets mais on voit bien que les nouvelles technologies prennent de plus en plus de place dans nos sociétés, le tout est de savoir qui aura la main sur les Big Data et surtout restez vigilent !

En résumé le monde connecté génère plein de belles choses positives et à la fois des aspects malheureusement négatifs avec de l’information détournée, le métier de journaliste n’existe plus, n’importe qui peut poster n’importe quoi…

5 – Une rencontre bouleversante / moment de vie ?

Je suis père de sept enfants, j’ai vécu des moments émotionnels très intenses dans ma vie de père…

Concernant ma passion pour Tara je me souviens d’un moment assez fort. C’était en 2007 lorsque j’ai vu la goélette prise dans la glace, ce fut un moment très intense pour moi ! C’était déjà très fort d’atterrir sur la banquise et de voir le bateau sous la neige à quelques centaines de kilomètres du pôle Nord avec une équipe qui était là depuis le début. Je ressentais toutes sortes d’émotions. Inquiétude et stress pour mon équipe présente depuis le début de cette incroyable aventure et en même temps je ressentais une belle énergie et de la joie dans ce décor grandiose…

Tara Arctic / Crédit F-Latreille / Tara Expéditions

Tara Arctic / Crédit F-Latreille / Tara Expéditions

Tara Arctic / Crédit F-Latreille / Tara Expéditions

Tara Arctic / Crédit F-Latreille / Tara Expéditions

6 – Que pensez-vous de l’initiative de ce blog ?

Je trouve ça très bien que des individus s’engagent comme vous très simplement et modestement. Des bloggeurs avec votre jeunesse, votre passion et votre engagement je ne peux que vous inciter à continuer dans votre lancée ! C’est ça qu’il faut pour faire avancer les choses dans le bon sens ! D’autant plus que les portes ne sont pas si difficiles à pousser, les gens ont envie de s’exprimer et de passer par le biais de ce média ! Bravo !